Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2015-05-21T17:38:55+02:00

MES IRIS

Publié par *Mamylou*

Voici quelques iris de mon jardin

MES IRIS
MES IRISMES IRISMES IRIS
MES IRISMES IRIS
MES IRISMES IRIS

Mais savez vous quelle est la fleur emblématique de la royauté française? Le lis? Erreur. C'est l'iris qui a connu cet honneur. Le lis n'est qu'un usurpateur. La légende attribue ce choix à Clovis. Pourchassé dans des marécages par les Wisigoths, ce dernier se serait caché derrière des touffes d'iris. Victorieux et reconnaissant, il aurait troqué les crapauds qui décoraient ses armoiries contre les iris des marais. Mais ce n'est que vers 1150 que les rois de France, pourtant d'esprit peu bucolique, en ornèrent officiellement leur blason. On n'en saura jamais vraiment la raison. Nos aïeux, pas très pointilleux sur les noms de fleurs (le naturaliste suédois Linné n'avait pas encore pointé le bout de son nez), appelaient «lis» toutes les plantes herbacées à grandes fleurs. De là, sans doute, la confusion entre ces deux plantes. 

Regardez les pétales d'un iris des jardins à la lumière frisante. Leur texture est changeante, scintillante, «irisée». C'est pourquoi les Grecs, qui croyaient que l'arc-en-ciel était l'écharpe de la déesse Iris, messagère entre les dieux et les hommes, ont donné à cette fleur le nom de la divinité.

 

 

 

 

Quelle est la fleur emblématique de la royauté française? Le lis? Erreur. C'est l'iris qui a connu cet honneur. Le lis n'est qu'un usurpateur. La légende attribue ce choix à Clovis. Pourchassé dans des marécages par les Wisigoths, ce dernier se serait caché derrière des touffes d'iris. Victorieux et reconnaissant, il aurait troqué les crapauds qui décoraient ses armoiries contre les iris des marais. Mais ce n'est que vers 1150 que les rois de France, pourtant d'esprit peu bucolique, en ornèrent officiellement leur blason. On n'en saura jamais vraiment la raison. Nos aïeux, pas très pointilleux sur les noms de fleurs (le naturaliste suédois Linné n'avait pas encore pointé le bout de son nez), appelaient «lis» toutes les plantes herbacées à grandes fleurs. De là, sans doute, la confusion entre ces deux plantes. 

Regardez les pétales d'un iris des jardins à la lumière frisante. Leur texture est changeante, scintillante, «irisée». C'est pourquoi les Grecs, qui croyaient que l'arc-en-ciel était l'écharpe de la déesse Iris, messagère entre les dieux et les hommes, ont donné à cette fleur le nom de la divinité. Autre analogie avec l'arc-en-ciel, l'iris a désigné assez tôt la membrane colorée et brillante de l'?il, et l'irisation, la faculté de disperser la lumière en rayons colorés. De là, peut-être, le diaphragme à iris qu'utilisent les photographes pour moduler l'ouverture de leur objectif. 

 
 

Depuis des millénaires, on rencontre l'iris autour du bassin méditerranéen, terre de ses origines. Stylisé sur de nombreux bas-reliefs dans l'Egypte ancienne. Gravé sur des bijoux et des objets de culte consacrés à Vénus, chez les Grecs et les Romains. Symbole de la pureté et de l'innocence de la Vierge Marie (en compagnie du lis, autre cause de confusion), chez les chrétiens. Au XVe siècle, les primitifs flamands, Hubert et Jan Van Eyck, Van der Weyden, Hugo Van der Goes... associent l'iris et le lis dans des bouquets stylisés et symboliques. Mais il faudra attendre les impressionnistes, notamment Monet, et Van Gogh pour voir la fleur bleu-mauve exploser sur les toiles. Le grand nombre de peintures et de gravures japonaises représentant l'iris témoigne aussi de son importance dans la culture nipponne: fête de l'Iris, nombreux parcs, poèmes et pièces de théâtre lui sont consacrés. 

La famille des iris regroupe 300 espèces botaniques. Généralement divisées en rhizomateuses et bulbeuses. Le plus glorieux des iris à rhizome est l'iris des jardins ou Iris germanica. Avec ses feuilles persistantes en forme de glaive, ses fleurs bleu-mauve, il est le plus répandu. C'est lui, aussi, qui, grâce au travail des «obtenteurs» - ces pépiniéristes créateurs de nouvelles variétés par hybridation - se décline maintenant en centaines de nuances délicates, de l'orange au rose pâle, du jaune au rouille, du pourpre au presque noir. Progrès de la génétique et de la chimie des pigments aidant, ces iris prennent des formes opulentes avec une tendance aux feuilles frisées. 

 

Rhizomateux également, une espèce naine (20 cm de hauteur), parfaite pour les bordures, et l'iris des marais (celui de Clovis), qui aime vivre les pieds dans l'eau. Les iris bulbeux à petites fleurs, faciles à cultiver, sont surtout présentés en bouquets. Les iris barbus, eux, déploient toute une gamme de fragrances qui embaument les jardins: vanille, fruit de la Passion, fleur d'oranger. Les rhizomes dégagent un principe odorant essentiel, connu depuis l'Antiquité, pour la parfumerie. Autrefois, certains rhizomes étaient utilisés pour blanchir et parfumer les lessives. On se sert encore de l'iris jaune des marais dans la teinture des tissus. En Italie, l'iris de Florence (emblème de la ville), cultivé industriellement depuis le XIIIe siècle, entre dans la fabrication des cosmétiques. Fleur de la beauté, mais aussi de la santé, aux yeux de nos ancêtres, l'iris faisait figure de panacée, guérissant à peu près tout, même la rage! Déjà, on donnait aux bébés un morceau de rhizome à mâchouiller pour qu'ils fassent leurs dents. 

Où et quand les planter?
Les iris de jardin ne sont pas très gourmands et se contentent d'un sol sec et calcaire. Ils réclament peu d'eau, mais beaucoup de soleil. En revanche, les iris des marais aiment les terres humides, voire inondées. Dans les deux cas, la période de plantation se situe de juillet à octobre, pour une floraison en mai de l'année suivante. On distingue les iris hâtifs et tardifs, la floraison des iris des jardins, en mai, sert de référence.

Où les acheter? 
Obtenteurs Depuis le début du siècle, la famille de Richard Cayeux a marqué le monde de l'iris. Son domaine offre un spectacle de rêve, en mai, et un terrible embarras du choix. BP 35, 45501 Gien, 02-38-67-05-08.
Michel Bourdillon, Champagne, 41230 Soings-en-Sologne, 02-54-98-71-06. 
Horticulteurs Emmanuel Lepage, 16, rue Eugène-Delacroix, BP 44, 49000 Angers.
Iris en Provence, route de l'Appié, BP 53, 83402 Hyères, 04-94-65-98-30.

Où les voir?
Ces jardins abritent de véritables collections nationales.
Parc floral de la Source, 45000 Orléans, 02-38-49-30-00.
Parc floral de Vincennes, 75012 Paris, 01-43-74-60-49.
Parc de Bagatelle, bois de Boulogne, 75116 Paris, 01-45-01- 20-50.
Parc Borély, 13008 Marseille, 04-91-76-59-38.

En savoir plus 
Société française des amateurs d'iris et de plantes bulbeuses, 19, rue du Docteur-Kurzenne, 78350 Jouy-en-Josas.
British Iris Society, miss E. M. Sharland, Broad View, Farnborough Common, Farnborough, Kent BR6 7 BU, Grande-Bretagne.
L'ABCdaire des iris, par Philippe Bonduel, Maurice Boussard et Richard Cayeux. Ed. Flammarion, 59 F.
 

 
 
 
 
 

 


Read more at http://www.lexpress.fr/styles/l-iris-fleur-des-rois_491647.html#zlICkyPL1PF5TWIw.99

Quelle est la fleur emblématique de la royauté française? Le lis? Erreur. C'est l'iris qui a connu cet honneur. Le lis n'est qu'un usurpateur. La légende attribue ce choix à Clovis. Pourchassé dans des marécages par les Wisigoths, ce dernier se serait caché derrière des touffes d'iris. Victorieux et reconnaissant, il aurait troqué les crapauds qui décoraient ses armoiries contre les iris des marais. Mais ce n'est que vers 1150 que les rois de France, pourtant d'esprit peu bucolique, en ornèrent officiellement leur blason. On n'en saura jamais vraiment la raison. Nos aïeux, pas très pointilleux sur les noms de fleurs (le naturaliste suédois Linné n'avait pas encore pointé le bout de son nez), appelaient «lis» toutes les plantes herbacées à grandes fleurs. De là, sans doute, la confusion entre ces deux plantes. 

Regardez les pétales d'un iris des jardins à la lumière frisante. Leur texture est changeante, scintillante, «irisée». C'est pourquoi les Grecs, qui croyaient que l'arc-en-ciel était l'écharpe de la déesse Iris, messagère entre les dieux et les hommes, ont donné à cette fleur le nom de la divinité. Autre analogie avec l'arc-en-ciel, l'iris a désigné assez tôt la membrane colorée et brillante de l'?il, et l'irisation, la faculté de disperser la lumière en rayons colorés. De là, peut-être, le diaphragme à iris qu'utilisent les photographes pour moduler l'ouverture de leur objectif. 

 
 

Depuis des millénaires, on rencontre l'iris autour du bassin méditerranéen, terre de ses origines. Stylisé sur de nombreux bas-reliefs dans l'Egypte ancienne. Gravé sur des bijoux et des objets de culte consacrés à Vénus, chez les Grecs et les Romains. Symbole de la pureté et de l'innocence de la Vierge Marie (en compagnie du lis, autre cause de confusion), chez les chrétiens. Au XVe siècle, les primitifs flamands, Hubert et Jan Van Eyck, Van der Weyden, Hugo Van der Goes... associent l'iris et le lis dans des bouquets stylisés et symboliques. Mais il faudra attendre les impressionnistes, notamment Monet, et Van Gogh pour voir la fleur bleu-mauve exploser sur les toiles. Le grand nombre de peintures et de gravures japonaises représentant l'iris témoigne aussi de son importance dans la culture nipponne: fête de l'Iris, nombreux parcs, poèmes et pièces de théâtre lui sont consacrés. 

La famille des iris regroupe 300 espèces botaniques. Généralement divisées en rhizomateuses et bulbeuses. Le plus glorieux des iris à rhizome est l'iris des jardins ou Iris germanica. Avec ses feuilles persistantes en forme de glaive, ses fleurs bleu-mauve, il est le plus répandu. C'est lui, aussi, qui, grâce au travail des «obtenteurs» - ces pépiniéristes créateurs de nouvelles variétés par hybridation - se décline maintenant en centaines de nuances délicates, de l'orange au rose pâle, du jaune au rouille, du pourpre au presque noir. Progrès de la génétique et de la chimie des pigments aidant, ces iris prennent des formes opulentes avec une tendance aux feuilles frisées. 

 

Rhizomateux également, une espèce naine (20 cm de hauteur), parfaite pour les bordures, et l'iris des marais (celui de Clovis), qui aime vivre les pieds dans l'eau. Les iris bulbeux à petites fleurs, faciles à cultiver, sont surtout présentés en bouquets. Les iris barbus, eux, déploient toute une gamme de fragrances qui embaument les jardins: vanille, fruit de la Passion, fleur d'oranger. Les rhizomes dégagent un principe odorant essentiel, connu depuis l'Antiquité, pour la parfumerie. Autrefois, certains rhizomes étaient utilisés pour blanchir et parfumer les lessives. On se sert encore de l'iris jaune des marais dans la teinture des tissus. En Italie, l'iris de Florence (emblème de la ville), cultivé industriellement depuis le XIIIe siècle, entre dans la fabrication des cosmétiques. Fleur de la beauté, mais aussi de la santé, aux yeux de nos ancêtres, l'iris faisait figure de panacée, guérissant à peu près tout, même la rage! Déjà, on donnait aux bébés un morceau de rhizome à mâchouiller pour qu'ils fassent leurs dents. 

Où et quand les planter?
Les iris de jardin ne sont pas très gourmands et se contentent d'un sol sec et calcaire. Ils réclament peu d'eau, mais beaucoup de soleil. En revanche, les iris des marais aiment les terres humides, voire inondées. Dans les deux cas, la période de plantation se situe de juillet à octobre, pour une floraison en mai de l'année suivante. On distingue les iris hâtifs et tardifs, la floraison des iris des jardins, en mai, sert de référence.

Où les acheter? 
Obtenteurs Depuis le début du siècle, la famille de Richard Cayeux a marqué le monde de l'iris. Son domaine offre un spectacle de rêve, en mai, et un terrible embarras du choix. BP 35, 45501 Gien, 02-38-67-05-08.
Michel Bourdillon, Champagne, 41230 Soings-en-Sologne, 02-54-98-71-06. 
Horticulteurs Emmanuel Lepage, 16, rue Eugène-Delacroix, BP 44, 49000 Angers.
Iris en Provence, route de l'Appié, BP 53, 83402 Hyères, 04-94-65-98-30.

Où les voir?
Ces jardins abritent de véritables collections nationales.
Parc floral de la Source, 45000 Orléans, 02-38-49-30-00.
Parc floral de Vincennes, 75012 Paris, 01-43-74-60-49.
Parc de Bagatelle, bois de Boulogne, 75116 Paris, 01-45-01- 20-50.
Parc Borély, 13008 Marseille, 04-91-76-59-38.

En savoir plus 
Société française des amateurs d'iris et de plantes bulbeuses, 19, rue du Docteur-Kurzenne, 78350 Jouy-en-Josas.
British Iris Society, miss E. M. Sharland, Broad View, Farnborough Common, Farnborough, Kent BR6 7 BU, Grande-Bretagne.
L'ABCdaire des iris, par Philippe Bonduel, Maurice Boussard et Richard Cayeux. Ed. Flammarion, 59 F.
 

 
 
 
 
 

 


Read more at http://www.lexpress.fr/styles/l-iris-fleur-des-rois_491647.html#zlICkyPL1PF5TWIw.99

Voir les commentaires

commentaires

Mireille 25/05/2015 20:00

J'en ai les mêmes dans mon jardin, j'en d'autres mais ils sont marrons. Je savais pas que le nom iris venait de Clovis......
Bonne soirée.
Bizzzzzzzzzzzzzzzzz

Mamylou 30/05/2015 11:23

Bonjour Mireille, ravie de t'apprendre quelque chose faisant partie de l'histoire de France. Voici une autre définition :
Ce serait par une suite de déformations du langage que la « fleur d’iris » serait devenue « fleur de lys ». En effet, Clovis se prononçait« clouvis ». Le « C » s’est progressivement fondu dans le« L » et on obtient Lovis qui se prononce Louvis, puis Louis. Ainsi la fleur de Clovis est devenue la fleur de Louis, puis "fleur de Luce" (fleur de lumière) et enfin « fleur de lys ».
Je te souhaite un bon week end. Bisous.

arlette 24/05/2015 03:09

j'aime ces histoires d'origine et les eres d'ailleurs
bises

Mamylou 30/05/2015 10:50

Bonjour Arlette, j'aime bien cette histoire moi aussi. Excuse mon retard, quelques soucis avec le blog, grrrr. Bon week end. Bisous.

nadia-vraie 22/05/2015 23:17

Bonjour mamylou,

Tes iris sont très beaux. Ton explication est intéressante.
À bientôt mamylou

Mamylou 30/05/2015 10:48

BOnjour Nadia, Merci c'est gentil. Toutes mes excuses pour ce retard dans ma réponse, quelques soucis avec mon blog, les commentaires ne passaient plus. Je te souhaite un bon week end. Bises.

zaza 22/05/2015 17:17

Ils sont magnifiques ces iris Mamylou, Merci de nous avoir conté leur légende. Bises et bon vendredi. ZAZA

Mamylou 22/05/2015 19:21

Avec un peu d'imagination et suivant l'angle observé d'un iris, il a la forme d'une fleur de lys. Belle soirée Zaza. Bises.

Renee 22/05/2015 15:02

Merci pour cette leçon d0histoire et surtout pour tes belles fleurs Bisoussssss

Mamylou 22/05/2015 19:25

Il y a une autre version : Une des légendes les plus anciennes concernant l’adoption de la « fleur de lys » comme symbole royal remonte à Clovis. Au printemps 507, lors de la bataille de Vouillé (qui a eu lieu dans le département de la Vienne), Clovis aurait remporté la victoire grâce à l’iris des marais. Deux versions de l’histoire coexistent : dans l’une, c’est la présence de ces iris, qui ne peuvent vivre que dans 40 cm d’eau maximum, qui aurait fait comprendre à Clovis que son armée pouvait traverser les eaux environnantes ; dans l’autre, son armée se serait cachée derrière ces fleurs. Toujours est-il que, selon cette légende, l’iris des marais lui aurait permis de triompher de ses ennemis et il l’aurait par conséquent adopté comme emblème. Bonne soirée à toi. Bisous.

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog