Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Archives

2015-05-27T05:24:52+02:00

MUSIQUE A COEUR OUVERT

Publié par *Mamylou*
MUSIQUE A COEUR OUVERT

Pour la 224ème de MUSIQUE A COEUR OUVERT du 27 mai

le thème choisi par MELO 

http://sentier-de-vie.over-blog.com/2015/05/musique-a-coeur-ouvert-224eme.html

sera : CHANSONS CENSUREES OU INTERDITES

 

J'ai choisi ceci :

 

Il s’agit d’une lettre adressée à « Monsieur le Président » par un homme ayant reçu un ordre de mobilisation en raison d’un conflit armé. L’homme y explique qu’il ne souhaite pas partir à la guerre, et justifie sa décision par les décès survenus dans sa famille proche à cause de la guerre, et par le fait qu'il ne veut pas tuer de pauvres gens. Il révèle son intention de déserter pour vivre de mendicité tout en incitant les passants à suivre son exemple.  Dès le départ, elle fait scandale. Un an plus tôt, déjà, "Quand un Soldat" de Francis Lemarque, chantée par Yves Montand, avait été interdite. La France est alors en guerre en Indochine. la chanson sort après l'échec de Diên Biên Phu, au moment où le gouvernement Mendès France s'apprête à envoyer près de 100 000 hommes en Algérie pour mater l'insurrection. À l'époque, seul le jeune Marcel Mouloudji accepte de la chanter, mais dans une version "light". Le déserteur de la version initiale, qui était armé et prêt à tirer contre les forces de l'ordre, devient un pacifiste avec le doux Mouloud : "Si vous me poursuivez / Prévenez vos gendarmes, / Que je n'aurai pas d'armes, / Et qu'ils pourront tirer."

Dans son désir de tout conformer, de tout lisser, l’industrie musicale néglige souvent ce qui fait la beauté magnétique de la chanson française : son verbe fascinant, la variété de son interprétation et sa capacité à s’engager. Ces trois éléments, on les retrouve particulièrement chez Renaud. Outre « Hexagone », qui fut interdit à sa sortie en 1975, l’homme au bandeau rouge a également bousculer la bienséance avec « Miss Maggie » en 1985, où il s’attaque de manière frontale aux décisions de Margaret Thatcher. Le comble, c’est que ce single ne sera interdit que vingt-sept ans après sa sortie. On est alors le 8 avril 2013, la Dame de fer vient de décéder, et les pontes de France Bleu décident d’interdire la diffusion de « Miss Maggie » plusieurs jours.
 

La censure est d'abord affaire de sensibilité et d'époque. Brel aura des ennuis pour ses "Bourgeois" ; Brassens, pour "Le Gorille" ; Perret pour ses "Jolies colonies de vacances" (la légende veut que Mme de Gaulle ait téléphoné au directeur de France Inter pour en faire interdire la diffusion !) ; et même Bashung verra sa "Gaby oh Gaby" privée d'ondes lors de la guerre du Golfe. Parce que cette chanson évoque les amours interlopes ? Non, à cause des "Golfes pas très clairs"... Le "politiquement correct" a des principes que la raison ignore.

Voir les commentaires

2015-05-21T17:38:55+02:00

MES IRIS

Publié par *Mamylou*

Voici quelques iris de mon jardin

MES IRIS
MES IRISMES IRISMES IRIS
MES IRISMES IRIS
MES IRISMES IRIS

Mais savez vous quelle est la fleur emblématique de la royauté française? Le lis? Erreur. C'est l'iris qui a connu cet honneur. Le lis n'est qu'un usurpateur. La légende attribue ce choix à Clovis. Pourchassé dans des marécages par les Wisigoths, ce dernier se serait caché derrière des touffes d'iris. Victorieux et reconnaissant, il aurait troqué les crapauds qui décoraient ses armoiries contre les iris des marais. Mais ce n'est que vers 1150 que les rois de France, pourtant d'esprit peu bucolique, en ornèrent officiellement leur blason. On n'en saura jamais vraiment la raison. Nos aïeux, pas très pointilleux sur les noms de fleurs (le naturaliste suédois Linné n'avait pas encore pointé le bout de son nez), appelaient «lis» toutes les plantes herbacées à grandes fleurs. De là, sans doute, la confusion entre ces deux plantes. 

Regardez les pétales d'un iris des jardins à la lumière frisante. Leur texture est changeante, scintillante, «irisée». C'est pourquoi les Grecs, qui croyaient que l'arc-en-ciel était l'écharpe de la déesse Iris, messagère entre les dieux et les hommes, ont donné à cette fleur le nom de la divinité.

 

 

 

 

Quelle est la fleur emblématique de la royauté française? Le lis? Erreur. C'est l'iris qui a connu cet honneur. Le lis n'est qu'un usurpateur. La légende attribue ce choix à Clovis. Pourchassé dans des marécages par les Wisigoths, ce dernier se serait caché derrière des touffes d'iris. Victorieux et reconnaissant, il aurait troqué les crapauds qui décoraient ses armoiries contre les iris des marais. Mais ce n'est que vers 1150 que les rois de France, pourtant d'esprit peu bucolique, en ornèrent officiellement leur blason. On n'en saura jamais vraiment la raison. Nos aïeux, pas très pointilleux sur les noms de fleurs (le naturaliste suédois Linné n'avait pas encore pointé le bout de son nez), appelaient «lis» toutes les plantes herbacées à grandes fleurs. De là, sans doute, la confusion entre ces deux plantes. 

Regardez les pétales d'un iris des jardins à la lumière frisante. Leur texture est changeante, scintillante, «irisée». C'est pourquoi les Grecs, qui croyaient que l'arc-en-ciel était l'écharpe de la déesse Iris, messagère entre les dieux et les hommes, ont donné à cette fleur le nom de la divinité. Autre analogie avec l'arc-en-ciel, l'iris a désigné assez tôt la membrane colorée et brillante de l'?il, et l'irisation, la faculté de disperser la lumière en rayons colorés. De là, peut-être, le diaphragme à iris qu'utilisent les photographes pour moduler l'ouverture de leur objectif. 

 
 

Depuis des millénaires, on rencontre l'iris autour du bassin méditerranéen, terre de ses origines. Stylisé sur de nombreux bas-reliefs dans l'Egypte ancienne. Gravé sur des bijoux et des objets de culte consacrés à Vénus, chez les Grecs et les Romains. Symbole de la pureté et de l'innocence de la Vierge Marie (en compagnie du lis, autre cause de confusion), chez les chrétiens. Au XVe siècle, les primitifs flamands, Hubert et Jan Van Eyck, Van der Weyden, Hugo Van der Goes... associent l'iris et le lis dans des bouquets stylisés et symboliques. Mais il faudra attendre les impressionnistes, notamment Monet, et Van Gogh pour voir la fleur bleu-mauve exploser sur les toiles. Le grand nombre de peintures et de gravures japonaises représentant l'iris témoigne aussi de son importance dans la culture nipponne: fête de l'Iris, nombreux parcs, poèmes et pièces de théâtre lui sont consacrés. 

La famille des iris regroupe 300 espèces botaniques. Généralement divisées en rhizomateuses et bulbeuses. Le plus glorieux des iris à rhizome est l'iris des jardins ou Iris germanica. Avec ses feuilles persistantes en forme de glaive, ses fleurs bleu-mauve, il est le plus répandu. C'est lui, aussi, qui, grâce au travail des «obtenteurs» - ces pépiniéristes créateurs de nouvelles variétés par hybridation - se décline maintenant en centaines de nuances délicates, de l'orange au rose pâle, du jaune au rouille, du pourpre au presque noir. Progrès de la génétique et de la chimie des pigments aidant, ces iris prennent des formes opulentes avec une tendance aux feuilles frisées. 

 

Rhizomateux également, une espèce naine (20 cm de hauteur), parfaite pour les bordures, et l'iris des marais (celui de Clovis), qui aime vivre les pieds dans l'eau. Les iris bulbeux à petites fleurs, faciles à cultiver, sont surtout présentés en bouquets. Les iris barbus, eux, déploient toute une gamme de fragrances qui embaument les jardins: vanille, fruit de la Passion, fleur d'oranger. Les rhizomes dégagent un principe odorant essentiel, connu depuis l'Antiquité, pour la parfumerie. Autrefois, certains rhizomes étaient utilisés pour blanchir et parfumer les lessives. On se sert encore de l'iris jaune des marais dans la teinture des tissus. En Italie, l'iris de Florence (emblème de la ville), cultivé industriellement depuis le XIIIe siècle, entre dans la fabrication des cosmétiques. Fleur de la beauté, mais aussi de la santé, aux yeux de nos ancêtres, l'iris faisait figure de panacée, guérissant à peu près tout, même la rage! Déjà, on donnait aux bébés un morceau de rhizome à mâchouiller pour qu'ils fassent leurs dents. 

Où et quand les planter?
Les iris de jardin ne sont pas très gourmands et se contentent d'un sol sec et calcaire. Ils réclament peu d'eau, mais beaucoup de soleil. En revanche, les iris des marais aiment les terres humides, voire inondées. Dans les deux cas, la période de plantation se situe de juillet à octobre, pour une floraison en mai de l'année suivante. On distingue les iris hâtifs et tardifs, la floraison des iris des jardins, en mai, sert de référence.

Où les acheter? 
Obtenteurs Depuis le début du siècle, la famille de Richard Cayeux a marqué le monde de l'iris. Son domaine offre un spectacle de rêve, en mai, et un terrible embarras du choix. BP 35, 45501 Gien, 02-38-67-05-08.
Michel Bourdillon, Champagne, 41230 Soings-en-Sologne, 02-54-98-71-06. 
Horticulteurs Emmanuel Lepage, 16, rue Eugène-Delacroix, BP 44, 49000 Angers.
Iris en Provence, route de l'Appié, BP 53, 83402 Hyères, 04-94-65-98-30.

Où les voir?
Ces jardins abritent de véritables collections nationales.
Parc floral de la Source, 45000 Orléans, 02-38-49-30-00.
Parc floral de Vincennes, 75012 Paris, 01-43-74-60-49.
Parc de Bagatelle, bois de Boulogne, 75116 Paris, 01-45-01- 20-50.
Parc Borély, 13008 Marseille, 04-91-76-59-38.

En savoir plus 
Société française des amateurs d'iris et de plantes bulbeuses, 19, rue du Docteur-Kurzenne, 78350 Jouy-en-Josas.
British Iris Society, miss E. M. Sharland, Broad View, Farnborough Common, Farnborough, Kent BR6 7 BU, Grande-Bretagne.
L'ABCdaire des iris, par Philippe Bonduel, Maurice Boussard et Richard Cayeux. Ed. Flammarion, 59 F.
 

 
 
 
 
 

 


Read more at http://www.lexpress.fr/styles/l-iris-fleur-des-rois_491647.html#zlICkyPL1PF5TWIw.99

Quelle est la fleur emblématique de la royauté française? Le lis? Erreur. C'est l'iris qui a connu cet honneur. Le lis n'est qu'un usurpateur. La légende attribue ce choix à Clovis. Pourchassé dans des marécages par les Wisigoths, ce dernier se serait caché derrière des touffes d'iris. Victorieux et reconnaissant, il aurait troqué les crapauds qui décoraient ses armoiries contre les iris des marais. Mais ce n'est que vers 1150 que les rois de France, pourtant d'esprit peu bucolique, en ornèrent officiellement leur blason. On n'en saura jamais vraiment la raison. Nos aïeux, pas très pointilleux sur les noms de fleurs (le naturaliste suédois Linné n'avait pas encore pointé le bout de son nez), appelaient «lis» toutes les plantes herbacées à grandes fleurs. De là, sans doute, la confusion entre ces deux plantes. 

Regardez les pétales d'un iris des jardins à la lumière frisante. Leur texture est changeante, scintillante, «irisée». C'est pourquoi les Grecs, qui croyaient que l'arc-en-ciel était l'écharpe de la déesse Iris, messagère entre les dieux et les hommes, ont donné à cette fleur le nom de la divinité. Autre analogie avec l'arc-en-ciel, l'iris a désigné assez tôt la membrane colorée et brillante de l'?il, et l'irisation, la faculté de disperser la lumière en rayons colorés. De là, peut-être, le diaphragme à iris qu'utilisent les photographes pour moduler l'ouverture de leur objectif. 

 
 

Depuis des millénaires, on rencontre l'iris autour du bassin méditerranéen, terre de ses origines. Stylisé sur de nombreux bas-reliefs dans l'Egypte ancienne. Gravé sur des bijoux et des objets de culte consacrés à Vénus, chez les Grecs et les Romains. Symbole de la pureté et de l'innocence de la Vierge Marie (en compagnie du lis, autre cause de confusion), chez les chrétiens. Au XVe siècle, les primitifs flamands, Hubert et Jan Van Eyck, Van der Weyden, Hugo Van der Goes... associent l'iris et le lis dans des bouquets stylisés et symboliques. Mais il faudra attendre les impressionnistes, notamment Monet, et Van Gogh pour voir la fleur bleu-mauve exploser sur les toiles. Le grand nombre de peintures et de gravures japonaises représentant l'iris témoigne aussi de son importance dans la culture nipponne: fête de l'Iris, nombreux parcs, poèmes et pièces de théâtre lui sont consacrés. 

La famille des iris regroupe 300 espèces botaniques. Généralement divisées en rhizomateuses et bulbeuses. Le plus glorieux des iris à rhizome est l'iris des jardins ou Iris germanica. Avec ses feuilles persistantes en forme de glaive, ses fleurs bleu-mauve, il est le plus répandu. C'est lui, aussi, qui, grâce au travail des «obtenteurs» - ces pépiniéristes créateurs de nouvelles variétés par hybridation - se décline maintenant en centaines de nuances délicates, de l'orange au rose pâle, du jaune au rouille, du pourpre au presque noir. Progrès de la génétique et de la chimie des pigments aidant, ces iris prennent des formes opulentes avec une tendance aux feuilles frisées. 

 

Rhizomateux également, une espèce naine (20 cm de hauteur), parfaite pour les bordures, et l'iris des marais (celui de Clovis), qui aime vivre les pieds dans l'eau. Les iris bulbeux à petites fleurs, faciles à cultiver, sont surtout présentés en bouquets. Les iris barbus, eux, déploient toute une gamme de fragrances qui embaument les jardins: vanille, fruit de la Passion, fleur d'oranger. Les rhizomes dégagent un principe odorant essentiel, connu depuis l'Antiquité, pour la parfumerie. Autrefois, certains rhizomes étaient utilisés pour blanchir et parfumer les lessives. On se sert encore de l'iris jaune des marais dans la teinture des tissus. En Italie, l'iris de Florence (emblème de la ville), cultivé industriellement depuis le XIIIe siècle, entre dans la fabrication des cosmétiques. Fleur de la beauté, mais aussi de la santé, aux yeux de nos ancêtres, l'iris faisait figure de panacée, guérissant à peu près tout, même la rage! Déjà, on donnait aux bébés un morceau de rhizome à mâchouiller pour qu'ils fassent leurs dents. 

Où et quand les planter?
Les iris de jardin ne sont pas très gourmands et se contentent d'un sol sec et calcaire. Ils réclament peu d'eau, mais beaucoup de soleil. En revanche, les iris des marais aiment les terres humides, voire inondées. Dans les deux cas, la période de plantation se situe de juillet à octobre, pour une floraison en mai de l'année suivante. On distingue les iris hâtifs et tardifs, la floraison des iris des jardins, en mai, sert de référence.

Où les acheter? 
Obtenteurs Depuis le début du siècle, la famille de Richard Cayeux a marqué le monde de l'iris. Son domaine offre un spectacle de rêve, en mai, et un terrible embarras du choix. BP 35, 45501 Gien, 02-38-67-05-08.
Michel Bourdillon, Champagne, 41230 Soings-en-Sologne, 02-54-98-71-06. 
Horticulteurs Emmanuel Lepage, 16, rue Eugène-Delacroix, BP 44, 49000 Angers.
Iris en Provence, route de l'Appié, BP 53, 83402 Hyères, 04-94-65-98-30.

Où les voir?
Ces jardins abritent de véritables collections nationales.
Parc floral de la Source, 45000 Orléans, 02-38-49-30-00.
Parc floral de Vincennes, 75012 Paris, 01-43-74-60-49.
Parc de Bagatelle, bois de Boulogne, 75116 Paris, 01-45-01- 20-50.
Parc Borély, 13008 Marseille, 04-91-76-59-38.

En savoir plus 
Société française des amateurs d'iris et de plantes bulbeuses, 19, rue du Docteur-Kurzenne, 78350 Jouy-en-Josas.
British Iris Society, miss E. M. Sharland, Broad View, Farnborough Common, Farnborough, Kent BR6 7 BU, Grande-Bretagne.
L'ABCdaire des iris, par Philippe Bonduel, Maurice Boussard et Richard Cayeux. Ed. Flammarion, 59 F.
 

 
 
 
 
 

 


Read more at http://www.lexpress.fr/styles/l-iris-fleur-des-rois_491647.html#zlICkyPL1PF5TWIw.99

Voir les commentaires

2015-05-16T08:00:42+02:00

LE VIEUX VELO

Publié par *Mamylou*

 

les vieux vélos ne se jettent plus, car la grande

 

tendance du moment c'est de les ressortir

 

et de les exposer au jardin,

 

à l'état brut dans leur jus, ou repeints et customisés

 

au goût du jour, les vélos s'affichent désormais comme

 

des objets déco. J'ai sauvé celui de Robert de la

 

déchetterie, je l'ai repeint, agrémenté les porte

 

bagages en jardinières, et il s'expose fièrement

 

le long d'un mur.

 

Ne jeter plus, recyclez ! 
LE VIEUX VELO
LE VIEUX VELO

Voir les commentaires

2015-05-01T05:36:45+02:00

BON 1 ER MAI

Publié par *Mamylou*
Bon 1er mai 2015

Bon 1er mai 2015

CEs quelques brins de muguet pour vous




                       

               

 

Le muguet est la fleur "porte bonheur" que l'on offre généralement tous les
1er mai, jour de la fête du travail.
Cette tradition date de 1561, l'année où le roi Charles IX alors âgé de 11 ans, recevant pour lui même un brin de muguet, décida d'en faire offrir à chaque
dame de la cour. Comme il en avait reçu à cette même date, cette idée lui plut
et il lança cette bonne habitude. Il est mort tout jeune, mais il nous laisse son 
souvenir à travers cette jolie fleur.
 


                                             Poème de Maurice CARèME


 

 
Bien des années plus tard, le 1er mai fit l'objet d'un décret "Fête du Travail", et c'est pendant la deuxième guerre mondiale, en 1941, sous Vichy, que cette date fut officialisée. En 1947 à la libération, le 1er mai devint un jour férié et payé. Et depuis, plusieurs des pays d'Europe ne travaillent pas cette journée là.

 

Comme chacun le sait, les baies ainsi que les clochettes, les feuilles et la tige du muguet sont très toxiques. Il ne faut jamais mâchonner un brin de muguet, et ne jamais boire l'eau du vase où trempait le muguet. Donc, comme la plupart de ces belles fleurs, on les regarde, et particulièrement pour le muguet, on l'admire et on le respire... 








  Je vous souhaite tout le bonheur du monde

 

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog