Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2009-04-02T11:52:00+02:00

ballade à St-Vincent-sur-Jard (suite)

Publié par mamylou
Ah, mes amis, vous êtes là  ? alors  vous attendiez la suite de mon billet, très bien, je continue. Alors où en étions nous donc de notre récit sur les aventures du "tigre" ? Ah oui, un jour il reçu Lady MILNER, femme d'un grand diplomate anglais. Arrivée un soir,   elle s'avança en robe de chambre le lendemain matin dans le jardin où se trouvait Clémenceau et Albert. Elle demanda à ce dernier où était la salle de bain. Clémenceau ayant entendu, répondit en lui montrant la mer : "Madame, elle est en face". Et tous les matins elle fut enchantée d'aller s'y baigner avec Tardieu..

 Cette anecdote est connue de tous, et le guide ne manque surtout pas de la conter aux visiteurs.


Et la voici cette fameuse salle de bain,  le problème pour Madame MILNER,  c'est qu'elle ne pouvait pas  prendre son bain à heure fixe.

En ce début d'avril, le jardin commence juste à se colorer, mais en été c'est un véritable tableau impressionniste, rosiers de toutes sortes, petits bosquets, etc.. ce jardin fut inspiré par Claude MONET, ami de G. Clémenceau.

      Clémenceau décida de voyager pendant tout le temps nécessaire à ces aménagements.

Après avoir visité l'Egypte où il se documenta sérieusement sur l'ancienne civilisation de ce pays, il se rendit en Inde où il médita profondément sur les philosophes et les religions des peuples d'Asie. Il continuera cette méditation dans sa petite maison des dunes,  qu'il appelait parfois "son petit château de Bélébat" en pensant au château légendaire disparu qui devait se trouver dans ce secteur.
A son retour des Indes, où il avait apprécié l'utilisation des branchages dans la lutte contre la chaleur, il fit construire son salon en planches recouvertes de brande, et le kiosque qui le prolonge face à la mer (voir ma photo de l'article précédent prise à l'arrière de la maison), on aperçoit ce salon sur la droite.
  
Il s'aperçut que ces dernières constructions  se trouvaient sur le terrain de Mme Méven, habitant "La Rochette". Il alla aussitôt le lui faire connaître et elle mit à sa disposition la totalité des dunes, d'une superficie de 5 ou 6 hectares. Mais, Clémenceau tenait à faire les choses en règle, et un bail fut fait, moyennant un loyer annuel de UN franc. Madame Méven ne manquait pas d'aller chaque année, à l'échéance, lui faire une visite pour recevoir SA PIECE d'ARGENT DE UN FRANC. Elle ne voulait pas accepter un jeton des Chambres de Commerce. Par suite de la pénurie des pièces de monnaie, on avait fait des jetons qui ont circulé pendant plusieurs années après la guerre.

voici le buste du "Tigre", peut-être que son  fantôme se promène toujours dans ce jardin, assis sur un des  bancs. J'ai pu prendre cette photo par un trou dans le paillis, mais le plus simple aurait été de pénétrer à l'intérieur, après avoir payé mon ticket d'entrée.... une autre fois sûrement, d'ailleurs j'ai déjà visité ce musée  il y a une quinzaine d'années, pendant nos séjours en vacances, et j'avais été impressionnée surtout par cette énorme peau de tigre étalée sur son lit, mais surtout par cet effrayant crocodile la gueule grande ouverte, près à vous dévorer....


Pour ne pas vous "gaver" de lecture,
nous continuerons l'aventure,
peut-être demain,
si vous le voulez bien......

Voir les commentaires

commentaires

annick 03/04/2009 16:34

Merci de nous faire revivre ces moments historiques, très interessants, tu es une championne avec tous tes articles.
Daniel ne manque pas non plus d'aller faire un petit tour sur ton blog
Bisous

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog