Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2009-06-06T17:30:00+02:00

BLANCHISSEUSE OU LAVANDIERE ?

Publié par mamylou
                                                       POÈME DÉDIÉ À MA GRAND MÈRE
                                                   
                                

                                
                                  


Blanchisseuse ou lavandière
quelle est la différence
toi ma chère grand mère
qui n'était pas célèbre
comme celles du Portugal
c'est bien ici en France
que tu eu tant de mal
à blanchir tout ce linge
dans des bassines en zinc
dans l'immense laverie
d'une grande chocolaterie
plus jeune tu fut ouvrière
en tant que chocolatière


Vous étiez six sept dames
dans cet immense hammam
avec brosses à chiendent
devant vos feux ardents
à frotter à rincer
à presque les user
torchons et tabliers
enfin tout le gros linge
de tous les ouvriers
du chocolat Poulain
mais c'est toi qui t'usais
à frotter à rincer



(Cholaterie POULAIN à BLOIS)


Toi haute comme trois pommes
tu bossais comme un homme
tu semblais si fragile
chère mémé Marcelline
je revois tes mains fines
si douces et si câlines
qui essuyaient mes pleurs
elles apaisaient mes peurs
toi qui prenait le temps
de conter des romans
à tes petits enfants
dans la rue du Bourg Saint Jean
tu me manques tellement


A l'époque le jeudi
il y avait pas école
et avec mon amie
à laquelle j'avait dit
ma mémé Marcelline
avec elle on rigole
nous venions pour quatre heures
dans ton bain de vapeur
au fond de cette usine
avec toi on goûtait
toutes les trois on riait


tu fut une confidente
pour moi l'adolescente
ta première petite fille
car tes deux propres filles
n'ont jamais eu d'enfants
et après tous ces  ans
ces doux souvenirs là
sont bien enfouis en moi
et quand tu es partie
vers ton doux paradis 
pour moi ce fut l'enfer
tu n'étais plus sur terre

Chère Mémé Marcelline
ainsi que tes copines
soeurs et complices d'usine
lavez-vous donc encore
les fragiles habits d'or
des Saints du Paradis
dans ce cas là je dis
le redis et j'espère
ma chère grand mère Fournier
que le très bon Saint Pierre
vous aura installé
des machines à laver
                                                1969                          


En cette fête des Mères
c'est à ma chère grand mère
la maman de mon père               
cette femme au grand courage
que je veux rendre hommage
en parlant d'elle en vers 

(Ces 6 lignes ont été rajoutées en juin 2009)


               



Voir les commentaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Maryse 06/03/2011 10:56



Que c'est beau, que c'est beau, quelle poésie sur cette tendre Grand'mère!


Bien bel hommage.


Elles n'avaient pas la vie facile, mais souvent avec un coeur grand, grand, grand.


Bon dimanche, bisous



*Mamylou* 06/03/2011 11:25



Bonjour Maryse, elle méritait bien ce petit poème car elle fut le rayon de soleil de mes jeunes années et je lui doit les plus agréables moments de mon enfance. Elle a eu une vie de dur labeur,
comme beaucoup de femmes à l'époque, mais cela n'a jamais entaché sa bonne humeur, tout comme son fils d'ailleurs, mon papa super gentil. merci de ce gentil commentaire qui me fait énormément
plaisir. Bon dimanche et gros bisous. Babette 



brode41 06/03/2010 09:03


Bonjour
j'ai lu votre poeme sur votre grand-mère Lavandière chez Poulain, jolie poeme et tellement vrai...

Bonne journée
bisou
Véro


mamylou 06/03/2010 14:53


Bonjour Véro, merci, j'aimais beaucoup ma grand-mère, une seconde mère pour moi, alors il m'a été facile de lui composer un poème. Merci de votre balage sur mon blog et je vous souhaite un bon
weeek end. Bises. babette


cerisette 09/06/2009 11:17

c'était un dur labeurbisouscerisette

Annick 07/06/2009 19:59

Quel poème émouvant. Comme Ninine, j'en ai les larmes aux yeux, on ne se refait pas, le coeur parle, les bons souvenirs restent, c'est pourquoi il faut profiter des bons moments avec les êtres qui nous sont chers.Bisous à vous deux.

Ninine 06/06/2009 22:08

Chère BabetteJe viens de lire ton poème, et j'en ai les larmes au yeux, que c'est beau et comme tu l'aimais ta Mamy , en ce temps là c'est vrai que c'était des femmes de courage, et tu en parles si bien, merci de ces quelques lignes suplémentaires pour rendre hommage à la Maman de notre Cher Papa Joseph qui nous manque toujours autant c'était un homme adorable que nous oublierons jamais .Bises à toiNinine

yolande chez alison 06/06/2009 21:41

Bonsoir Babette, comme tu m'as touchée avec ce joli poème. Je comprends ce vide . Je le recens aussi. mILLE GROS BISOUS  A BIENTOT yOLANDE

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog